La petite musique de la semaine – 03

Cette semaine, c’est facile.
La semaine dernière sortait le nouvel album de Sigur Ros (« hiiiiiiiiii » fait la groupie), arrivé sur nos étagères mercredi donc. Je l’écoute en boucle depuis, évidemment.

Concert en novembre (« hiiiiiiiii » encore).

Dimanche, en couleurs

« Mais… qu’est-ce qu’elle a été me coller sur les pieds, ma daronne ? C’est quoi ces trucs maintenant ? J’ai l’air totalement ridicule. Elle croit que j’ai pas encore remarqué que j’ai des pieds peut-être ? »

P1020085

« En plus, on s’entend pas respirer sur ce tapis, franchement, c’est Châtelet les Halles aux heures de pointe, c’est qui tous ces rigolos ? Il a l’air louche, en plus, le type en vert… ».

P1020086_2

« AAAAAAH qu’est-ce que je disais ? Au secooooooours ! Bizarre le busard veut ma peau !!! ».

P1020118_2

(Aucun enfant, et aucun busard, n’a été blessé pendant la prise de ces photos ».

La petite musique de la semaine – 02

Cette semaine, non ne me remerciez pas vous allez le garder collé en tête pour quelques jours :

J’ai une grande affection pour Abba. Franchement, on ne peut pas écouter Super Trouper ou SoS sans avoir envie de danser. Et si c’est votre cas, vous êtes sans doute quelqu’un de suspect et peu recommandable.

Depuis que l’Homme a commandé l’album Gold sur Amazon, je fredonne Super Trouper quotidiennement. Regardez cette merveille de vidéo, tout y est : la robe à épaulettes et fente sooooooo 70s turning 80s, la choucroute, le maquillage jusqu’au sourcil, le PULL À GROSSES FLEURS, et puis… « super-per, trouper-per », quand même.

Pot-pourri

1 – L’été est venu, l’été est reparti, l’été écossais ne dure jamais longtemps mais c’est toujours bien agréable quand ça arrive (note : quand on vit dans le froid, le vent et la pluie 80% du temps, le moindre jour de soleil est beau et merveilleux. Quinze degrés et tout le monde est en tongs. Un rayon de soleil et la vie est belle, les gens sourient, c’est Cannes et la croisette un jour de festival, c’est le paradis, c’est aussi beau et bon que de caresser un ventre de licorne au pied d’un arc en ciel).
Le chat et Le Kid ont adoré ces moments de dorage de couenne sur la terrasse. Le Kid, d’ailleurs, découvre le monde extérieur avec ravissement – sa fascination pour les arbres en particulier me laisse penser qu’on en fera un agent de l’ONF – ou un trafiquant de bois précieux, je ne sais pas.

P1010966

P1070036

2 – Profitant de ce beau temps longtemps attendu, et de la présence de babysitters mes parents L’Homme et moi avons gravi nos premiers munros depuis plus d’un an. Nous n’avions pas randonné depuis juillet dernier, en raison de mes espérances, et j’apréhendais un peu la reprise des efforts physiques intenses – peur infondée, il semblerait que porter depuis quatre mois un nourrisson de poids respectable et monter avec lui les escaliers trente fois par jour suffise à maintenir en forme une personne de constitution normale.

P1020032

Direction le parc national des Cairngorms, et deux munros répondant aux doux noms de Mayar et Driesh, deux petits sommets pas bien méchants (tout au plus une ou deux montées un peu raides) qui nous ont remis en jambes. Ca m’a redonné envie de marcher et de randonner, mais avec Le Kid, toute ballade prend des allures d’expédition au pôle (ou dans la jungle, c’est selon). Un bébé, c’est épatant ce que ça change la vie et transforme les petits gestes du quotidien en grande aventure. Avant, quand j’allais chercher une salade chez Tesco, je mettais mes baskets, prenais la clé de la voiture et quelques pounds, et basta. Quand je voulais aller chercher un colis à la poste, je mettais mes baskets, prenais mon iPod, un bon pull, et je descendais à pieds jusqu’à la dite poste. Maintenant… si je veux ma salade, en général, je laisse tomber et je demande à L’Homme de s’arrêter en rentrant du boulot. Si vraiment je suis d’humeur aventureuse et que je veux aller chercher mon colis, j’habille Le Kid. Je pose Le Kid dans son siège et lui donne un truc pour l’occuper. Je vais chercher la couverture de bébé en même temps que l’iPod.. Je vérifie qu’il ne fait pas trop froid. Il fait trop froid. Je rajoute un gilet au Kid. Je mets mes baskets. Je sors la poussette (avant d’y mettre le Kid, parce qu’il y a une marche chiante à négocier, et c’est plus facile de sortir la poussette à la barbare, limite en la jetant). Je récupère le Kid. Je me rends compte qu’il fait pas chaud mais qu’il y a du soleil. Je repose le Kid et vais lui chercher un petit chapeau, et un peu de crème solaire. Le Kid s’impatiente. Je le crème. Il s’énerve encore plus. Je mets mon pull et mon écharpe. Le Kid en a marre et proteste. Je prends le Kid pour le mettre dans la poussette, je l’attache, mets sa couverture, le pare-soleil. Le Kid est content. Je ferme à clef. J’ai oublié la note laissée par le facteur sur le frigo. Je rouvre pour récupérer ladite note, reviens, ferme à clef. Je peux enfin partir.

3 – C’est durant notre petite expédition que L’Homme a repéré un panneau fort explicite, beaucoup plus sympa que « pas de crotte ici merci ».

P1020020

Il est pas trop mignon ?

4- L’Homme a photographié l’André Rieu Skyvan. Je suis aux anges.

P1020070

La petite musique de la semaine – 01

J’inaugure une petite rubrique hebdomadaire, pour relancer un blog un peu essoufflé (c’est pas de la mauvaise volonté, hein, c’est juste que 1/Le Kid est un tout petit peu accaparant 2/ Je suis un tout petit peu fatiguée 3/Le boulot est un tout petit peu prenant). Promis, j’ai une note en préparation, avec des choses écrites dedans, ça va venir.

Et pour entamer cette rubrique de ‘la musique qui te trotte dans la tête toute la semaine’, voici le générique que je vais devoir jouer en boucle pendant un an en attendant que la prochaine saison reprenne, pleine d’impatience et de larmes aux yeux. C’était lundi soir le dernier épisode de la saison 3 de Game of Thrones. Putain, un an !

Intermède culturel

Près de chez moi se trouvent en résidence deux camionnettes commerciales de techniciens de la société Sky, fournisseur britannique d’accès à internet, au téléphone, à la télé.

Régulièrement, ces camionnettes sont repeintes/redécorées aux couleurs d’un programme phare ; le plus souvent, ce sont Bart et Lisa Simpson qui ornent les véhicules Sky. Comme ça :

vlie8
Et puis récemment, j’ai eu un choc, un matin. En très gros, de chaque côté, il y avait sa tête à lui :

73b479b8502242f2bb1dfe9e8595af10.1600x1200

André Rieu, ça a l’air d’être la top-star du moment chez Sky. Sur SkyArts, il y a des concerts de lui presque tous les jours. Sur le site de la société, des dizaines d’articles lui sont consacrés, et il est présenté comme « the maestro of violin, André Rieu, [who] thrills audiences across the globe ».

Le plus drôle, c’est qu’à l’arrière dudit van se trouve la tronche de Noël Gallagher, un beau choc culturel je trouve. Le plus triste, c’est que j’ai revu deux fois le Sky Van mais que je n’avais pas d’appareil photo pour vous immortaliser ce beau moment. Je l’ai depuis mis dans ma voiture et l’y laisse en résidence, en espérant croiser la camionnette lors de mes déplacements, parce que vraiment, ça illuminerait ma journée de pouvoir garder une trace de cette panthéonisation d’André.

Vlà l’printemps

P1060963

Soleil dans les arbres : check.

P1060971

Agneaux dans les champs : check.

P1060962

Kid dans le porte-bébé : check.

Le Kid a trois mois, tiens.

Or donc j’ai repris l’heureux et enrichissant chemin du travail. Joie, épanouissement. Ça m’a menée, déjà, à reprendre l’avion et à recommencer les aller-retours vers notre bonne vieille capitale, et à abandonner mon pauvre enfant (larmes et sanglots). Par chance, Le Kid a la chance 1-d’avoir un père qui sait ce qu’il fait et qui aime ça, 2-d’être devenu la mascotte de sa crèche (ben OF COURSE j’ai envie de dire, vous avez vu comment il est TROP BEAU mon fils !). Mais enfin, un truc que la Leche League ne te dit pas clairement quand elle te vend l’allaitement au sein à grands coups de « c’est meilleur pour ton enfant et si tu ne lui donnes pas le sein il aura probablement un QI de moule plus tard », c’est que t’éloigner du petit pendant 48h signifie qu’il vaut mieux pas oublier ton matos de junkie, i.e. la jolie pompe qui va bien et les coussinets anti-fuite (oui, glamour). Sinon, tu peux être sûre de fuiter en plein milieu de la réunion, ce qui fait un peu tache face à tes chefs tu en conviendras (et je ne te parle pas de la douleur au bout de 24 heures).

Ah, et une mise au point ; j’ai l’impression que mes notes précédentes, empreintes d’un ton vaguement cynique et moqueur parce que c’est la mode d’écrire comme ça sur Internet, ont pu masquer le fait que eh, non mais allô quoi, bien sûr que c’est super chouette d’avoir un bébé ! Oui, c’est dur, oui, c’est TRÈS dur parfois, oui ça change tout (ça me fait rigoler d’avoir pu dire ‘nan, mais je resterai la même hein, ça changera pas grand chose à ma vie’ à un moment : hello, la sotte, si on veut pas que sa vie change, faut pas faire d’enfant ! même avec la meilleure volonté, ça change TOUT, mais ça veut pas dire que c’est pas bien, c’est juste différent), mais c’est très temporaire, et c’est absolument fabuleux. C’est tellement chouette que ce n’est pas facile d’en parler avec délicatesse et pudeur , même à des gens qu’on connait, parce qu’on a vite l’air guimauve et que c’est difficile, sans beaucoup de talent, d’expliquer à quel point c’est merveilleux. Donc je me rabats sur la blague et les grognements, parce que hey, c’est ce que je fais de mieux, râler (d’ailleurs faudra que je vous reparle de la façon dont Le Kid, après nous avoir fait sournoisement croire qu’il faisait ses nuits, a décidé que non, finalement, on allait remanger à minuit, 4 heures et 6 heures toutes les nuits, juste pour voir plus souvent les jolies valises Vuitton que maman a sous les yeux).

Sur ce, je vais chercher la mascotte à la crèche – c’est à la fois génial de savoir qu’il est ravi, ne pleure pas, joue, mange comme si de rien n’était, et en même temps un peu frustrant : genre, eh oh, c’est MOI ton adulte familier, et je ne te manque même pas ???

 

Les Idées Naïves et Stupides d’Avant la Naissance de l’Enfant (ou INSANE) # 3

INSANE #3 : le sommeil de bébé

Un grand classique, le sommeil de bébé. Le truc qui va te pourrir les premières semaines, t’inquiéter, t’épuiser, te tourmenter, te rendre folle, te faire googliser dix mille fois ‘mon bébé ne dort pas AU SECOURS PITIÉ QUE FAIRE ABATTEZ-MOI MAINTENANT ! ».

Rappelons, pour la rigolade et parce que je suis la première à me moquer de ma confondante naïveté, que j’envisageais, quand j’avais mes espérances, de reprendre le travail AVEC UN NOURRISSON À LA MAISON. Je mets des majuscules pour qu’on prenne bien la mesure de l’énormité de la chose. Je pensais donc TRAVAILLER (huit heures par jour donc) avec Le Kid A LA MAISON. Avec moi. Toute la journée. Parce que, comme une imbécile j’avais lu, sur Internet et dans mon guide de puériculture, que les premiers mois, le bébé dort environ 16 heures par jour (moyenne pour un bébé de trois mois). Vous pouvez vérifier, , , , , ou . De 16 à 18h par jour ? Parfait ! Si en plus on établit qu’un bébé dort peu et mal là nuit, j’étais convaincue de pouvoir bénéficier de longues et calmes journées pour caser mes heures de boulot.

AH AH AH. Il faut faire souffrir terriblement les personnes qui font croire aux futures mères que leur enfant dormira 16 à 18 heures par jour.

Certes, L’Homme et moi avons une chance de dingue : Le Kid, à 2 mois, dort de 18h30 à 5h30 sans broncher, et ne tête plus qu’une fois la nuit ; en insistant un peu, on peut même le faire roupiller un peu jusqu’à 7h30. Il n’a jamais pleuré sans relâche la nuit, se rendort comme une fleur après la têtée, bref, on dort à peu près bien, surtout depuis trois semaines.

MAIS LE JOUR… ahah, le jour. Comment dire, Le Kid s’en fout d’Internet, des médecins, des forums, des psys et des moyennes. Lui, c’est un rebelle, un anar, un esprit libre. Et dormir le jour, c’est pour les nazes, les paresseux et les bébés. Lui, il a trop de choses à faire le jour. Enfin, c’est ce qu’il croit. Sauf que comme il est prisonnier dans un corps de bébé, il fatigue, il s’énerve, il peut pas parler, il peut par marcher, il peut RIEN faire, donc il pleure (lueur au bout du tunnel : à l’approche des deux mois, ces petites créatures, déjà fort attachantes, deviennent extrêmement interactives, et l’on assiste donc à la variante « il peut pas parler, il peut par marcher, il peut RIEN faire MAIS il regarde son mobile / ses doudous / sa maman avec adoration »).

Depuis sa troisième semaine, donc, Le Kid ne dort JAMAIS plus de 45 minutes d’affilée (ah, je mens : s’il est en poussette il dort aussi longtemps que ça roule, même sur terrain cahoteux – mais en terme de repos pour les parents, c’est perdu – ce qui me fait penser à cette merveilleuse phrase lue un peu partout : « si vous êtes fatiguée, ne culpabilisez pas : faites une sieste quand il dort ! ». Vache, j’aimerais bien, mais quand il dort pas, on fait comment ?) (je mens bis : il a déjà fait une sieste d’une heure et une de deux, le mois dernier, j’ai d’ailleurs cru à chaque fois en tomber de ma chaise, et j’ai passé ces heures à aller vérifier toutes les 10mn qu’il allait bien tant c’était inouï), et rarement plus de trois fois par jour. Faites le compte : de 7h30 à 18h30, moins de trois heures de sommeil. Du coup, imaginez combien un nourrisson épuisez peut-être d’humeure massacrante en fin de journée. Ensuite, réfléchissez bien au nombre d’activités follement passionnantes et excitantes que vous pouvez faire avec un bébé d’un mois et demi ; vous ne voyez pas ? c’est normal, ça ne fait RIEN un bébé d’un mois et demi, ça mange, ça salit des couches, ça pleure et ça dort, et on ne peut rien faire avec. Si vous éliminez le facteur ‘ça dort’, que vous l’avez nourri et que vous avez changé sa couche, il reste « ça pleure ». Par conséquent, imaginez l’état de la maman (ma pomme) après 11 heures en tête à tête avec un bébé de ce calibre ; c’est comme enfermer deux chats sauvages dans une boite d’un mètre cube, en gros.

Les Idées Naïves et Stupides d’Avant la Naissance de l’Enfant (ou INSANE) # 2

INSANE #2 : l’allaitement

L’OMS le dit : l’allaitement au sein, c’est mieux pour le bébé. C’est idéal, c’est fait pour lui, ça lui donne plein d’anticorps, et si tu vis dans un pays où l’eau est rare/croupie, c’est carrément vital. Dont acte : l’eau d’ici est pas mal, mais tu veux ce qu’il y a de mieux pour ton bébé. En plus, tu es paresseuse (donc pas besoin de descendre la nuit préparer un biberon) et radine (et tes seins coûtent pas un centime) : tu te prépares donc pendant toute ta grossesse à l’idée de passer quelques mois avec un bébé pendu à la mamelle, et tu te vois déjà, fraîche et délicate, un sourire de madone aux lèvres, l’oeil aimant et serein, penchée sur un poupon rose, joufflu, fessu, mafflu, tous deux débordants d’amour et de bonheur tranquille. Une vraie pub pour la Leche League.

Alors là je dis : BARBIE, GROSSE MENTEUSE !

D’abord, les premiers jours, tu galères. T’as pas de lait, parce que le « traumatisme de la césarienne » (sic mes sages-femmes) et « le stress relatif au bébé en soins intensifs » (sic moi) retarde dame nature. Tu passes donc une semaine à l’hosto à nourrir tant bien que mal un petit ogre vorace qui se satisfait peu de ton rendement minable.
Quand enfin, dame nature te fait grâce d’un flot intarissable de lait (donnant par la même occasion à ta poitrine des allures de prothèses démesurées – pas très chic pour ta pub pour la Leche League), tu te rends compte que tout ce qu’on t’a dit, « tu verras c’est facile », « c’est on ne peut plus simple, bébé sait s’y prendre », tout ça tout ça, c’est des BOBARDS. Ca vient pas tout seul, nan. Toi, pataude, tu te demandes bien souvent si 1- bébé est dans la bonne position, 2- si tu lui donnes le bon sein, 3- si il mange pas trop vite, 4- si il mange assez longtemps, 5- si il mange assez souvent, 6- si il mange pas trop souvent, 7- s’il prend assez de lait. Quant à bébé… il sait s’y prendre ? Mon oeil oué ! Bébé, il galère comme toi, il sait pas ce qu’il fait, et il s’y prend parfois comme un nul. ALors certes, c’est rigolo de le voir arrêter de pleurer dès que tu le couches sur le coussin d’allaitement, et ouvrir grand les yeux, la bouche et faire des râles d’affamé en secouant la tête, mais bon, quand il arrive pas à se coller correctement pendant 5 minutes d’affilée, la plaisanterie tourne court, il s’énerve, tu t’énerves, tout le monde s’énerve et L’Homme se désole devant cette débâcle, loin des tableaux idylliques imaginés pendant 9 mois.

Heureusement, le temps passe, les techniques s’affinent, et on arrive cahin-caha à faire un travail correct (Le Kid pèse près de 6 kilos, à 2 mois : il prend bien, mes amis, il prend bien – vous avez rarement vu si vorace). Pile quand tu commences à savoir ce que tu fais et qu’il est devenu un pro du gobage de téton, bam, tu te rends compte qu’il reste 4 semaines avant la reprise du boulot et la mise en crèche où il bien entendu hors de question que tu viennes lui tendre le sein à heure fixe. Et tu commences donc à le mettre au biberon (que, par ailleurs, il prend sans aucune protestation, aucune tristesse, aucune plainte et avale en 10mn  – c’est limite vexant, mais au fond, tant mieux, vivent les enfants pas chipoteurs à qui tu peux coller le sein et le biberon dans un même repas et qui ne s’en formalisent pas…) – byebye l’affiche pour la Leche League, tu rejoint le rang des nazes qui abandonnent en partie l’allaitement naturel.

En même temps, si j’avais un congé maternité de six mois, à l’écossaise, je ferais peut-être des efforts.