Un James Bond écossais

Je le confesse : James Bond, c’est pas trop mon truc, d’habitude. J’ai toujours trouvé que le coup du bellâtre en costume, buvant des martini, conduisant des grosses bagnoles et séduisant tout ce qui est de près ou de loin féminin sur un simple regard engageant, c’était un peu pénible. Pis : les histoires ne sont-elles pas plus ou moins toutes interchangeables ? I.e. : Bond est dans la merde, sa mission a échoué, car les pourritures communistes/chinoises/libyennes veulent faire péter le monde/détourner beaucoup d’argent/mettre la main sur les stocks mondiaux de pétrole en volant une bombe nucléaire/pénétrant les systèmes de sécurité des services secrets/kidnappant les cerveaux de ce monde. Heureusement, M le remet en selle, Q lui donne des gadgets improbables, Moneypenny le regarde langoureusement, la garce de service le séduit mais mourra à la fin, la gentille gnangnan lui file un coup de main mais mourra à la fin, James boit un peu, fume un peu, conduit beaucoup, explose quelques citernes/réacteurs/bâtiments/voitures, tue/fait coffrer le méchant, et tout est bien qui finit bien, et Q peut se plaindre que ses gadgets sont revenus en miettes.

Soit.

Mais malgré tout, j’ai beaucoup aimé les trois James Bond avec Daniel Craig. D’abord, c’est un faux James Bond : il ne fume pas, découvre la vodka-martini, et conduit des vieilles bagnoles pourraves avant de se décider pour les Aston Martin. Ensuite, Daniel Craig a une vraie gueule de tueur, pas comme cette savate de Roger Moore qui a autant l’air d’un agent des services secrets que moi d’une première ballerine de l’opéra de Paris. Et dans le dernier, sorti ce vendredi, cerise sur le gâteau, on nous la joue « retour aux sources de James », et petit détour par l’Écosse (car oui, lecteur inculte, sache que James Bond est suisso-écossais, ce qui est quand même lol).

Manifestement, l’équipe a dû passer une mini-journée en Ecosse, le temps de faire quatre plans montagneux/brumeux (la longue séance « écossaise » de fin a en fait été tournée en Angleterre, m’apprend Wikipédia), mais j’imagine à merveille la joie du réalisateur qui est tombé sur une journée typiquement écossaise dans la vallée de Glencoe. Il aurait pu manquer de bol et venir un jour de grand beau temps, et la scène émouvante de retour aux origines dans ce pays froid et ombrageux couvert de brumes pittoresques et émotionnantes aurait pu être toute foirée. Le coup de la remise en question totalement plantée par le gazon verdoyant et le soleil de midi !

Mais non, ouf : l’Aston Martin gris métallisée était bien assortie à la couleur du ciel.

(Là, James fait la tronche parce qu’il a oublié d’acheter une baguette sur la route et que la boulangerie la plus proche est à perpète. Et en plus il brumasse sur son beau costard. Et ça, ça lui fout les boules, mais grave).
Bref, si si, c’était bien, en plus y a un vieux écossais tout typique à la fin (= avec un gros ventre, une grosse barbe, une veste de chasseur, des bottes, et une attitude bourrue mais grand coeur).

Je ne peux que conseiller : quatre plans dans « Prometheus », trois dans « Skyfall »… l’Écosse fait sa promotion touristique sans lésiner sur les moyens !

Publicités

6 réponses à “Un James Bond écossais

  1. Artémise 29 octobre 12 à 3:52

    Moi qui suis une fan quasi-inconditionnelle de James Bond, je me suis roulée par terre devant Casino Royale, qui est il faut bien le dire un film magistralement bien réussi avec un vrai méchant, une vraie héroïne, et un James Bond très bien campé. Je suis plus réservée sur Quantum of Solace où le scénario est vraiment raté à mon sens… Je veux dire, le méchant, d’habitude, a pour ambition de conquérir le monde. Là… il cherche à piquer l’eau aux Boliviens – ce qui est très mal, en soi, nous sommes d’accord, mais tout de même, on était habitués à mieux. Quant à l’héroïne, pas très bien sapée, pas très intéressante, pas très attachante…

    pour celui-ci, j’attends jeudi de pouvoir honteusement confier l’Héritier à la nounou l’après-midi et profiter du jour férié pour aller le vour avec l’Epoux 🙂

  2. Siboneyy 30 octobre 12 à 6:09

    C’est parce que dans QoS, on s’en foutait de l’histoire de fond, l’idée, c’était de savoir comment James-qui-a-trop-les-boules réagit après la mort de Pépette et veut buter tout le monde, et se transforme en gros tueur froid. Après, ok, le méchant était un peu ridicule et pas très effrayant (c’est parce qu’il est français, je pense), son projet pas bien éblouissant (mais c’est les français : manque d’ambition + fourberie !), et la nana, oui, bon, voilà, elle était là, elle était pas contente non plus, quoi.
    Tu me diras si tu as aimé le dernier !

  3. Artémise 31 octobre 12 à 11:15

    C’est vrai que personne n’était content, dans ce film.
    Bon bah finalement, la nounou prend aussi son jour férié donc pas possib’ de confier l’héritier pour aller au cinéma… je sens gros comme une maison qu’on va devoir attendre le DVD (tant pis pour Javier).

  4. Siboneyy 31 octobre 12 à 12:34

    Mais de quel droit…!? Ah, le petit personnel, de nos jours…
    C’est ballot. Tu devrais emmener l’héritier avec vous. Il n’est jamais trop tôt pour commencer. Si tu veux qu’il soit cool et qu’il ait une conscience et connaissance de ce qui est bien et bon, il faut le faire dès le biberon (rapide calcul : il est plus au biberon ? si ?). Et puis, s’il pleure c’est pas grave : le film fait du bruit ; beaucoup. Personne n’entendra ses pleurs.

  5. Artémise 31 octobre 12 à 4:14

    Aha, du droit qui fait que comme la famille avec laquelle on la « partage » l’a libérée pour la journée comme ils le font d’habitude, elle a pris ses dispositions en « oubliant » de me prévenir… bon, elle prépare son baptême et fait une retraite ce jour-là, je me voyais mal l’en empêcher.

    Ma soeur avait emmené son p’tiot âgé de quelques mois au ciné mais c’était pour un truc pas bruyant (pas James Bond quoi 🙂 ) et à l’époque il s’endormait au sein le soir donc un coup de sein et hop là dodo pour le reste du film.

    Et sinon, l’Héritier est sevré de sein depuis mi-septembre mais encore au bib’ pour ses 500 mL de lait quotidien nécessaires selon la Faculté 🙂 Le souci, c’est qu’il a tendance à causer pendant qu’il boit, et à faire des rots bruyants après. Du coup, pour le ciné, j’ose moyen :p

  6. Benjamin 4 novembre 12 à 7:22

    J’ai vu Skyfall hier. Un peu déçu à vrai dire : le film renoue avec le folklore qui avait été heureusement évacué dans Casino royale (le meilleur de la série, je suis d’accord). On assiste donc au retour de Q (en jeune geek), de l’Aston Martin, de miss Moneypenny… Sinon l’intrigue est faiblarde et ne parvient pas à relier les scènes d’action et de poursuite et le personnage féminin est carrément sacrifié. La mise en scène est décevante malgré une belle photo du chef op des frères Coen. A part ça, Daniel Craig est un bon acteur, doté d’une vraie présence et porte bien le costume (en Tom Ford sur la photo).

    A part ça, je suis heureux de te lire à nouveau !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :