Latitude festival

Or donc, il y a de cela près deux semaine, Le Mari et moi-même avons mis les voiles vers le Suffolk anglais (en gros, le gros bulbe proéminent au sud est de l’Angleterre), direction Henham Park où se tenait le festival Latitude, pour lequel ledit Mari et moi-même avions deux billets. Outre l’expérience en elle-même, que je m’en vais vous narrer, nous sommes, durant notre voyage, passé par le point le plus à l’Est de la Grande-Bretagne, ce qui laissera froid les moins aventuriers d’entre vous, mais m’a fait pousser quelques petits cris d’enthousiasme.

Pour faire bref, le festival Latitude est un festival de musique, certes, au même titre que les hauts lieu de la hype que sont Glastonbury ou Coachella, mais pas que. On y fait de la poésie, du cinéma, de la littérature, du théâtre, de la danse, le tout en plein air ou, moins ambitieux mais plus sûr, sous des bâches. Accessoirement, on y teint aussi les moutons.

Jess, cette photo t'es spécialement dédicacée

Le Mari et moi y allions surtout pour la musique, même si acheter des billets en décembre alors que le programme est encore inconnu est un pari que je ne retenterai pas forcément. Parmi la (bonne et impressionnante) setlist, nous avons réussi à trouver notre bonheur, mais force est de constater que nous partions  à la découverte de groupes que nous connaissions d’un peu loin plutôt que pour entendre nos artistes préférés. Je ne m’étendrai pas longtemps sur les qui et les comment c’était parce que ça fait un peu « ouéééé, j’ai vu des groupes un peu obscurs tu vois, mais c’était têêêllement biêên », mais de ce que nous avons pu voir, je classerais le tout en « Déceptions face à l’expérience live » (Isobel Campbell et Mark Lanegan, The National – je sais je vais me faire trucider par certaine lectrice, à dire ça), « Gros trucs nullards » (The Vaccines, pfff, oué, merci les gars, mais non, d’ailleurs je mets même pas de liens, tiens), « Excellent Showmen » (They might be giants qui, pour les amateurs, ont signé le générique de la série ‘Malcom’, et dont le concert était drôle ET punchy) et « JUST GREAT » (oui, je suis un peu noir ou blanc, dans mon genre) (The Walkmen et My Morning Jacket, deux découvertes que je suis bien heureuse d’avoir faites, Anna Calvi « you rock my world girl! », et Seasick Steve, (non, vraiment, si vous ne regardez qu’une seule de mes vidéos, c’est CELLE LÀ !) mon héros, mon Dieu vivant, qui se paie le luxe de jouer sur des « guitares » faites main à trois francs six sous en se faisant accompagner à la basse par John Paul Jones).

Et voilà, j’ai manqué ma promesse de ne pas faire ma mouffette avec mes références musicales festivalières. Pour me faire pardonner, un petit interlude photographique de la personne la plus stylée de tout le festival (non, pas Kate Moss et son look de festival copié par dix mille minettes malgré la pluie) :


Ah, et puis quand même : j’ai vu Voldemort en vrai. Sans sa cape, son maquillage bien moche et sa baguette magique (donc plutôt canon, en réalité), mais Voldemort quoi !

Outre la musique, donc, et quelques jolis moments lors de nos promenades dans les bois du domaine (par exemple :

), je dirais que l’expérience « trois jours – boue et pluie incluses » vaut le détour. Il faut dire que ça a commencé plutôt bien, sec et bleu :


mais très vite, hélas, c’est passé à ça :


…et l’on a alors vu fleurir ZE pièce de garde robe indispensable en temps de festival anglais, j’ai nommé : les bottes en caoutchouc !

(Etant moi-même vierge de tout festival, j’ai merdé stylistiquement parlant et me suit contentée de bottes de rando et d’un bon jean à toute épreuve – autant dire que je n’avais aucune chance de taper dans le fashion radar du festival hélas). Bilan des courses : une voiture couverte de boue, une toile de tente, des sacs de couchage et des fringues bons pour la cellule de décontamination, trois jours sans douche et la rencontre avec les toilettes putrides de festival qui sont, en elles-mêmes, une expérience à vivre une fois dans une vie.

Et la musique, of course !

Publicités

6 réponses à “Latitude festival

  1. Jean-Nicolas Boubou 27 juillet 11 à 1:54

    pourquoi n’ai-je pas de photo spécialement dédicacé ?

  2. Siboneyy 27 juillet 11 à 2:37

    Je n’ai pas trouvé de canards à photographier.

  3. Jean-Nicolas Boubou 28 juillet 11 à 2:41

    ho je suis plus aussi émerveillé qu’avant par les canards

  4. Jean-Nicolas Boubou 29 juillet 11 à 9:22

    Ho je suis le seul a avoir commenté et j’ai été désagréable. Bon alors je te le dis : tes photos sont supers jolies (notamment les moutons sont trop mignons) et tu donnes bien envie d’y avoir été :).

  5. Pierre 4 août 11 à 9:42

    Des moutons ! Ca avait l’air euh, humide, un peu, votre festival. Mais chouette. Tu me diras même en Italie j’ai eu de la pluie, alors dans le point le plus à l’est de la grande bretagne… 😉

    Et puis Anna Calvi, je kiffe ! Merci pour tous ces liens 🙂

  6. Isaac N. 4 août 11 à 9:42

    Voilà, ça m’apprendra à partir loin dans des contrées étranges (j’ai nommé la Bretagne, oui), du coup, je rate les dédicaces!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :