Un billet plein de mauvais esprit et de mauvaise foi sur la Norvège

Nous voici de retour de Norvège, vivants.

Je précise bien vivants car ce n’était pas chose certaine, et nous avons maintes fois frôlés la mort et la folie au court de ce périlleux voyage.

Dès l’atterrissage, en fait, les choses se sont avérées sombres : je manque de mourir à chaque fois que je prends l’avion, bien entendu, mais là, il était évident que le pilote avait forcé sur l’aquavit, avant de nouer un pacte démoniaque avec les éléments (a t-on pas idée de venter ainsi ?). Par ailleurs, nous étions Dieu merci prévenus mais j’imagine que ça doit en prendre certains de court, quand on te dit que tu atterris à l’aéroport d’Oslo-Torp, cela veut dire, en langage Low Cost, que tu atterris à 120 km d’Oslo. Nous, on s’en foutait, on voulait pas aller à Oslo, mais quand même, c’est pas des manières.

Bon, une fois surmontée l’épreuve de l’atterrissage, nous voilà partis sur les routes de Norvège. 3500 km en 10 jours, c’est bien. C’est un bon chiffre. L’autre bon chiffre, c’est celui qui s’ajoute petit à petit à la facture de ta voiture de location. Il faut savoir qu’en Norvège, les milliers de ponts/tunnels/routes touristiques sont payants, et que quand ta voiture est équipée d’un petit boîtier automatique, comme la nôtre, tu ne payes rien sur le coup ; par contre, tu sais au fond de toi que la traversée de l’île d’Averroya (comment fait-on les O barrés, zut !) va te coûter bonbon (bling, 9 euros à l’entrée, bling, 9 euros à la sortie). On attend la facture d’Europcar, mais j’ai déjà demandé un prêt à la consommation. Bon, c’est parfois justifié, hein, le super tunnel de la mort qui tue de 9 kilomètres sous la mer vaut bien quelques pouloutes, mais quand même !

D’ailleurs, tout est cher. La boisson par exemple. Non parce que nous, on vient d’Écosse, où la pinte est à 3 euros, ma brave dame. Alors forcément, quand tu vois que la pinte de bière (même pas bonne) est à NEUF OU DIX EUROS (même place de la Sorbonne, ils n’osent pas), ben tu pleures, avant de remplir ta bouteille d’eau. Remarque c’est bien, ton foie te dit merci. Dommage que la bouffe soit du même acabit : tu ne peux pas non plus brouter ou chasser l’élan pour te nourrir pendant dix jours, hein ! Alors tu payes. Bilan : sans une seule nuit passée à l’hôtel, ce sont quand même les vacances les plus chères de ma vie, grâce aux factures de bouffe, d’essence (et aux 1,20 euros que te coûtent chaque session de 5 minutes de douche dans les campings qui compensent leurs prix étonnamment modérés, pour le coup, par cet immonde chantage à la propreté onéreuse).

Donc, tu manges, pour cher. Et si par malheur, tu as choisi d’épouser un herbivore, alors là c’est la cata. Tu manges du pain et du fromages (cher), des tomates cerises (chères) et des fruits (chers). Et du Yop et un peu de chocolat les soirs de fête. Car le Norvégien n’est pas duuuu tout végétarien friendly. Encore moins que le français, c’est dire. Tu veux une omelette ? Ah oué, mais y a du jambon dedans. Mariette veut s’acheter une salade composée ? Ok, mais elle est surmontée de bacon et de poulet (ou de crevettes et de bacon, au choix, mais là, c’est mon estomac qui a refusé). Tu trouves un italien qui fait des pizzas (qui coûte un bras et un mollet) ? Oué, Mc Gyver mangera une margherita, hein, parce qu’il a pas trop le choix. Heureusement que le pain et le fromage sont bons, donc. Ne me parlez pas de manger un sandwich au fromage dans les, hmmm, trois mois qui viennent, par contre.

Mais admettons. Tu survis à l’atterrissage, au racket intensif et à l’abus de protéines.
Il n’en reste pas moins que, telle une buse, tu as choisi une période absurde pour aller faire du tourisme en Norvège. Celle où il n’y a plus vraiment assez de neige pour que ce soir la saison touristique hivernale, mais où il y en a encore trop pour que ce soit la saison touristique estivale. Amis, tenez-vous le pour dit, ne faites pas de tourisme en Norvège début mai, ça ne sert à rien. Y a personne. La moitié des restos et cafés sont pas ouverts (ce qui d’un certain côté a l’avantage de laisser respirer ton porte-monnaie). Les visites en bateau/montagne ne commencent qu’en juin.

Bon, l’avantage, c’est que c’est tranquille. Mais quand tu es le seul occupant de 10 des 12 campings que tu as occupés, et que les tenanciers ricanent quand tu leur dit que non non, pas de chalet, tu as une tente, tu comprends qu’il se passe un truc louche. Quand tu te réveilles un matin et que tu vois qu’il a gelé, tu pleures : voilà pourquoi, malgré le sac de couchage haute protection, les trois t-shirts et la polaire, tu as eu froid cette nuit, et cru mourir (again) !

Mais tu t’en fous, tu es avec McGyver, tu es amoureuse, il fait beau, tu es en vacances, alors tu continues (bête que tu es), et tu recommences, le soir suivant, en te disant sous ta douche à 1,20 euros que peut-être qu’il fera moins froid, cette fois (sotte que tu es). Bon, et là, à chaque visite (pas de musée, hein, faut pas déconner, trop tôt dans la saison, ils ne sont pas encore ouverts), tu manques de mourir.

Par exemple, Lillehammer. Vous savez, avec les JO, tout ça. Bon, tu vas visiter, tu tombes sur les pistes de saut à ski, et là, évidemment, McGyver te dit qu’il faut quand même aller profiter du point de vue. Bilan : tu frôles l’arrêt cardiaque après avoir monté des marches que même la tour Eiffel doit en avoir moins.

Le lendemain, tu vas randonner dans un parc national. On te promet des bœufs musqués, « herbivores, te dit-on, mais dont-il faut se méfier, parce qu’ils chargent ». Ben tiens : encore un danger. Évidemment, tu rates l’occasion de risquer ta vie avec une bête de plusieurs tonnes, la classe, et à la place tu rencontres des foutus ‘lemmings des toundras de Norvège’ (appellation contrôlée) bourrés d’agressivité. Pour ceux qui l’ignorent, le lemming est un rongeur, genre, un gros hamster dodu, qui a du mal à contenir sa rage face à la vie qui pue. Toi, tu t’approches, tu fais « ouuuuuhkilémeugnonlejolirat », et là, le truc gros comme ton poing montre les dents, ne fuit pas et braille comme un puma. Ou peu s’en faut. Non mais rendez-vous compte : j’aurais pu me faire bouffer par un LEMMING DES TOUNDRAS DE NORVÈGE !

La photo n'est pas de moi mais je tenais à illustrer mon propos. Matez moi ces crocs dégoulinant de violence.

Mais tu es brave et robuste, McGyver a toujours l’air d’être dans son élément, alors tu continues. Tu manques de devenir folle à lier en essayant de respecter les limitations de vitesse incongrues (une super nationale, double voie, refaite à neuf, à 70 KILOMÈTRES PAR HEURE ???? Ils veulent ma peau, c’est sûr), puis folle de peur quand tu négocies les virages en épingle à cheveux en montagne avec une seule voie et croisement de tractopelle à répétition. Mais tu tiens le coup.

Même quand tu te rends compte que le dimanche premier mai, tu n’as plus de chocolat ni de biscuits, et que TOUT est fermé parce que c’est le premier mai. Et MÊME quand le lundi 2 mai, tu découvres que comme le jour férié est tombé un dimanche, le lundi aussi est férié, et que tu peux t’asseoir (tu aimerais bien, tiens, au moins cela signifierait que tu en as) sur ton chocolat et tes biscuits. Non, tu tiens bon, tu t’accroches.

Tu t’accroches parce que c’est ton voyage de noces, et que tu serais au Luxembourg, au centre commercial de Melun un samedi soir ou à Charleville Mézières en plein mois de novembre ben tu serais quand même super heureuse, parce que c’est ton voyage de noces.
Et puis parce que quand même…

Je vous présente l'église de Ringebu, entièrement en bois. Les Stave Church, d'époque médiévale, n'existent plus qu'en Norvège (à une seule exception, suédoise).

Je n’ai eu que l’embarras du choix : la cathédrale de Trondheim est l’un des monuments les plus impressionnants que j’ai vus, notamment grâce aux dizaines de gargouilles fantastiques qui l’habitent.

Quand je vois ça le matin en sortant de ma tente, ça va, je pardonne au froid.

D'ailleurs, beaucoup d'endroits étaient indécents de beauté.

McGyver m'a même trouvé un mouton-panda.

Je veux une maison en bois avec toit de hobbit.

On va pas se mentir, le fjord de Geiranger est quand même bien beau.

Dans le Hardangervidda, c'est encore un peu l'âge de glace.

Sur ma maison avec toit de hobbit, il y aura des dragons. Plein.

Publicités

7 réponses à “Un billet plein de mauvais esprit et de mauvaise foi sur la Norvège

  1. Pierre 11 mai 11 à 10:17

    Mais ça va, quand même ?

  2. Artémise 12 mai 11 à 4:46

    Magnifique (mais beaucoup, beaucoup trop froid pour nous : c’est la raison pour laquelle notre destination de VDN fut l’Andalousie en août) !!!

    Et sinon, y’avait pas de rennes ? Je croyais que c’était plein de rennes, la Norvège. (ou de caribous. je sais pas. ce genre de bestioles qui font « mouuuuh » et broutent du lichen)

  3. Siboneyy 12 mai 11 à 4:59

    Camille > des élans, oué. Mais là aussi, à part sur les panneaux de signalisation, rien. On te vend un truc FAUX, oué, la Norvège, les élans/rennes/machin, les boeufs-musqués, pis pour finir, que dalle.

  4. Pukka 13 mai 11 à 8:51

    L’élan comme le boeuf musqué ont un odorat très sensible et délicat. Ils ont donc tendance à fuir le campeur qui pue. C’est tout!

  5. Siboneyy 13 mai 11 à 9:42

    Pukka > je proteste. Rien à voir avec des expériences passées. Grâces aux douches payantes, nous étions PROPRES.

  6. Pseudojune 14 mai 11 à 8:35

    On comprend mieux pour quoi la moitié de la population de Finlande s’est faite assassiner sauvagement dans des polars – c’est pas un pays de chochottes 🙂

  7. Siboneyy 19 mai 11 à 10:06

    C’est vrai qu’il fait pas bon vivre dans ces coins. Tu as lu le bouquin que je t’ai filé ? Parce qu’en Suède non plus c’est pas jouasse. Et si je me souviens bien, dans « Jar city », c’est aussi assez glauque.
    Hmmm, dangereux, les pays scandinaves !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :