I love Nigella

J’avais remarqué, jadis, que parler gastronomie faisait gonfler les stats de façon spectaculaire, preuve s’il en est que mon lectorat est à 90% composé de goinfres. Histoire de booster un peu les statistiques, laissez moi vous parler d’une institution, d’un monument national, d’une grande personnalité de la cuisine britannique : Nigella Lawson.

Comme je suis moi-même feignasse, en plus d’être goinfre, voici un copier/coller de Wikipédia mon ami pour vous situer le personnage :


« 
Nigella Lucy Lawson (née le 6 janvier 1960) est une cuisinière britannique. Fille de l’ancien chancelier de l’échiquier Nigel Lawson, elle doit l’essentiel de sa notoriété à la présentation d’émissions de télévisions culinaires à la télévision britannique : « Nigella Bites », « Forever Summer » et « Nigella Express ». »

« En 1998, elle débute l’écriture de son premier livre de recettes, « How to Eat ». Celui-ci se vend à près de 300 000 exemplaires en Grande-Bretagne. Forte de ce succès, elle récidive en 2000 avec son second ouvrage, « How to be a Domestic Goddess ». Ce dernier titre sera également un succès commercial, malgré quelques critiques de mouvements féministes ayant mal interprété le titre du livre. En quatre mois, il s’en écoule près de 180 000 exemplaires, ce qui lui vaut d’être nommée « Auteur de l’année » aux British books awards en 2001, devançant même J. K. Rowling, pourtant auteur de la saga des « Harry Potter ».

Je l’ai découverte non parce que je traque les émission culinaire mais parce que Le Mari, soucieux d’enrichir ma culture populaire, a décidé de me faire connaître Nigella en m’enregistrant les 13 épisodes de son dernier opus, « Nigella’s Kitchen ». J’ai d’abord eu du mal à savoir où il voulait en venir (veut-il que je sois une déesse domestique ? trouve t-il ma cuisine infâme?), jusqu’à ce que je vois la dame en question, ce qui n’a pas manqué de me faire voir rouge :

Le Mari me cachait-il un penchant pour les brunes pulpeuses mitonnant des tripes au saindoux ?

Malgré mes réticences et mes grognements, je fus toutefois séduite moi aussi, au bout d’un épisode, et ce pour de multiples raisons :

  • Nigella a, en plein coeur de Londres, une cuisine grande comme le rez-de-chaussée de ma maison, avec un cellier plein de trucs déments, une arrière-cuisine au fond d’un patio arboré, des loupiotes multicolores et des instruments de cuisines dont j’ignore le nom – et, souvent, l’utilité.
  • Nigella cuisine des trucs simples, venus d’autres pays, revisités, à faire quand l’on est pressés, pour faire plaisir à ses enfants ou à mitonner pour se lâcher quand on veut faire le plein de calories : ‘y en a pour tous les goûts !
  • Nigella ne se prend pas le chou avec les kilos en trop : elle met trois tonnes de beurre, fait des cheesecakes qui contiennent la ration calorique annuelle d’un soudanais, trempe les doigts dans ce qu’elle prépare, goûte à tout… Post générique, elle revient même, de nuit, piquer dans son frigo les restes de ce qu’elle a préparé, gobant le tout avec peu d’élégance mais beaucoup de gourmandise.
  • Nigella est glamour et sexy, et elle a de jolis pulls. Ca fait plus envie que Maïté. Pour résumer :

  • Je pense que Nigella fume ses herbes de Provence avant chaque émission, improvisant des commentaires d’une poésie totalement surréaliste et employant des superlatifs qui feraient frémir tout académicien un peu sensé pour décrire son poulet aux 40 gousses d’ail ou ses spaghettis aux boulettes.
  • Nigella a beau s’en défendre, elle jette des oeillades langoureuses à la caméra, et ses descriptions culinaires, associées à des gros plans incongrus sur sa poitrine généreuse, sont lourdes de sous-entendu. On s’en doute, elle aime bien vivre, et surtout, elle a trouvé comment conquérir son public.

« Hmm… I think I need to be alone with my scone ! »

Publicités

7 réponses à “I love Nigella

  1. Pierre 23 février 11 à 2:06

    Bon. Bon bon bon. Est-ce que tu te rends compte que tu viens de me pourrir la fin de mes vacances là ? Tant que j’aurai pas vu toutes ses émissions ?

    J’adoooooooooore ! 😀

  2. Artémise 23 février 11 à 2:01

    Nigella, ça fait très Harry Potter comme prénom, je trouve…

  3. Siboneyy 23 février 11 à 6:00

    Pierre > J’étais sûre qu’elle te plairait !!! Je te ferai son cheesecake quand tu viendras en avril (et on va tous mourir, du coup).

  4. Siboneyy 23 février 11 à 6:02

    Camille > c’est vrai ! Mais sache que ses soeurs s’appellent Thomasina et Horatia, classe non ? Tiens, d’ailleurs, tu devrais aller voir son site Web, http://www.nigella.com/, tu verras, elle ne cuisine pas de céleri, j’en suis certaine 😉

  5. Jean-Nicolas Boubou 23 février 11 à 10:24

    ho des scones, ça fait longtemps que j’en ai pas fait.

  6. Pierre 24 février 11 à 12:12

    Ouiiiiii des scones ! J’ai une question à leur sujet : dans sa recette, elle met du bicarbonate de soude et de la crème de tartare (ça se dit en français ?). Mais si on remplace le tout par de la levure chimique, ça fait l’affaire, non ?

  7. Pierre 24 février 11 à 12:12

    Et en ce qui concerne le cheesecake, un peu que j’en veux ! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :