Ben Nevis et le Mordor

J’aime bien randonner avec Le Mari. C’est un truc qu’on a en commun, on aime se fatiguer à crapahuter sur des chemins ingrats, monter des montagnes dont le sommet est planqué dans les nuages, peiner sous la pluie et dans le vent, se faire bouffer par les moustiques, s’embourber dans la tourbe et se faire des ampoules. Chacun son truc.
Mais un truc encore plus rigolo, c’est de trainer ses amis et sa famille pour qu’ils fassent la même chose que vous, en leur vendant bien entendu quelque chose d’un tout petit peu plus glamour (sinon, ils ne suivent pas).

Dont acte. Nous nous sommes retrouvés à onze, début août, arpentant les routes pluvieuses de l’île de Skye, plantant les tentes au milieu des vaches, cherchant  des endroits pas trop inhospitaliers pour grignoter nos sandwichs au cheddar, et passant des soirées merveilleuses à chasser les moustiques (ou plus exactement, à essayer de gagner une guerre de nerfs sans pitié : « Je ne craquerai pas, bande de salauds, vous avez beau être des milliers, je ne craquerai pas, je ne piquerai pas de crise d’hystérie, vous allez voir »).

Meuh ?

Moment mémorable entre tous : l’ascension de Ben Nevis, le plus haut sommet de Grande Bretagne (1344 m au compteur, pour les montagnards, ça veut dire pas très haut, quoi).  Je me disais sournoisement « eheh, on va les appâter, on va leur dire « eh les gars, on fait Ben Nevis, c’est classe, et pis paf, sans qu’ils s’en rendent compte, je vais ajouter un Munro à ma collection ». Oui, je suis machiavélique.

Au début, le Ben Nevis, c’est vert, c’est joli, ça grimpe, mais c’est bien balisé et bien propre, pour que les familles et les touristes en mal de sommets soient satisfaits.

Et puis, patatras, comme toujours, on retombe en Mordor.

Ce n’est pas bien difficile à grimper, admettons-le, mais c’est fichtrement long. On part de zéro pour monter à 1344 mètres et le tout dure plusieurs heures : ça tourne, ça serpente, ça virquouète et le sommet se cache derrière une série de faux sommets trompeurs et assez démoralisants (« Quoi, c’est pas encore fini??? »). Pire : c’est pas comme si on était les seuls à avoir eu l’idée de se faire un petit sommet…

Lors de notre dernière rando en amoureux, Le Mari et moi avions croisé zéro pélerin. Pas une âme à l’horizon pendant 25 km. En ce mois d’août relativement ensoleillé, nous avons croisé des centaines de marcheurs plus ou moins équipés, plus ou moins essouflés, plus ou moins casse-pieds (aaaaah, grosse dame au t-shirt rose avec ton portable en mode « musique de merde en haut parleur », je te hais cordialement), en tous cas beaucoup trop nombreux.

Un Munro de moins à faire, donc, et c’est tant mieux. La marche valait le coup parce que les alentours sont magnifiques, mais en elle-même, elle est assez pénible du fait des GENS (aaah, les gens, toujours les gens) et du parti pris pour tracer le sentier (ça ne monte pas trop raide, pour ne pas fatiguer les enfants je pense, donc c’est long).

Demain, je vous parlerai du Loch Ness, autre point de passage obligé de l’Ecosse (vacances touristiques, donc !).

Publicités

4 réponses à “Ben Nevis et le Mordor

  1. BS 25 août 10 à 2:32

    Et encore, là, il a SYMPA, le Mordor.

  2. Benjamin 28 août 10 à 11:52

    Le Mari et toi devriez donc faire un tour à la Réunion, paradis de la randonnée. Point culminant : le Piton des Neiges (où il n’y a pas de neige) : 3069 m. Il y a un sentier pour y aller. Notre Mordor à nous s’appelle la Plaine des sables (et est accessible… en voiture). Bonne nouvelle : il y a aussi des moustiques, en ces lointaines contrées tropicales.
    Voilà, c’était juste pour faire un peu de pub…
    J’attends avec impatience le récit de ta rencontre avec Messie.

  3. Benjamin 28 août 10 à 11:53

    Euh… Nessie et pas le Messie !

  4. Siboneyy 1 septembre 10 à 12:45

    AHAH !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :