Can sin anns a’ Ghàidhlig

(Littéralement : « Dis-le en gaélique »).

Le gaélique écossais (prononcé « gaaalic » par les écossais) mérite une petite note sur ce blog. Pour ne rien vous cacher, je rêve de me lancer dans l’apprentissage de cette langue un peu barbare au premier abord, ne serait-ce que pour pouvoir crâner et déchiffrer (et, surtout, prononcer) les panneaux de signalisation que nous ne manquons pas de rencontrer lorsque nous partons en vadrouille dans les Highlands.

Cette langue, régionale aux yeux de l’Europe, reconnue officielle par le parlement écossais en 2005, est parlée essentiellement dans les Higlhands et les îles, et, de par un phénomène d’émigration important au XIXe siècle, dans certains recoins du Canada. Elle cohabite avec le scots, autre langue régionale ; si le gaélique semble avoir été introduit par les Scots venus d’Irlande au Haut-Moyen Âge (notons au passage que, malgré des racines linguistiques communes, le gaélique d’Ecosse et le gaélique d’Irlande – et ne parlons pas du gaélique gallois – sont aujourd’hui assez différents), le scots est quant à lui dérivé de la langue parlée par les Anglo-Saxons installés dans le Nord de l’Angleterre à la même période. Les linguistes apprécieront peut-être de connaître la classification du gaélique, que voici :
langues indo-européennes > langues celtiques > groupe celtique insulaire > groupe gaélique > gaélique écossais.

La langue a connu un déclin prononcé au cours du siècle passé, passant de plus de 200 000 locuteurs à 58 000 environ, mais l’on note un regain notable au cours des deux dernières décennies, fortement encouragé par une politique volontariste du gouvernement écossais – via le Gaelic act notamment. Comme je le disais, la langue est devenue seconde langue officielle ; plus l’on monte au nord, et plus la présence de la langue dans les affiches, panneaux, etc. se fait forte ; enfin, l’état recrute des enseignants parlant gaélique et offre des primes substantielles pour les professeurs décidant d’enseigner dans le nord du pays, y compris dans des écoles où l’enseignement ne se fait pas en anglais… De fait, si le nombre de locuteurs se maintient tant bien que mal autour de 60 000, on estime à 30 000 le nombre de personnes capables de lire et comprendre cette langue, et 1 000 personnes auraient pour seule langue le gaélique. Le Bòrd na Gàidhlig est l’organisme qui travaille activement à la promotion de la langue dans le pays et dans le monde.

Merci wikipedia ! Il s'agit, pour les non anglophones, d'une carte représentant la proportion de gaélophones dans la population de plus de 3 ans, en 2001.

On compte 18 lettres dans l’alphabet gaélique (pas de j, k, q, v, w, x, y, z), mais un certain nombre de sons n’a pas d’équivalent en anglais ou en français (je serais bien en peine de vous les retranscrire, croyez-moi sur parole sur ce coup-là).  On ordonne sa phrase selon l’ordre verbe-sujet-objet, tout en se souvenant bien que le gaélique ignore les articles indéfinis (les articles définis, quant à eux, dépendent du nombre, du genre, du cas et de la lettre initiale du nom). Les particularités de la langue sont trop nombreuses (et accessoirement, je ne les connais pas 🙂 ) pour que je les présente ici mais, qui sait, peut-être que dans quelques années, je pourrais rédiger mes articles en gaélique !

Publicités

4 réponses à “Can sin anns a’ Ghàidhlig

  1. Davina 11 décembre 09 à 9:25

    Merci pour ce petit billet bien sympathique, et pour le lien aussi. Je viens d’essayer la partie clip audio du site … bah je suis incapable de répéter correctement ! 🙂
    Bon courage à toi, si tu tentes l’apprentissage de la langue. J’avoue que je ça me tente bien aussi …. mais j’aurai tendance à baisser les bras devant la difficulté 😉

  2. Siboneyy 11 décembre 09 à 9:47

    Merci ! C’est vrai que la prononciation est difficile, je pense, mais ça contribue largement à la fascination que j’éprouve pour la langue (avec les enchaînements interminables de consonnes !)

  3. Chabichou le vénitien du jour 16 décembre 09 à 1:36

    Tu essaies de nous dire que les langues régionales, c’est de l’esbroufe ?

  4. Siboneyy 17 décembre 09 à 9:40

    Hmmm, ce n’est pas la conclusion à laquelle j’espérais que vous arriveriez…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :