Des pomme-euh, des poire-euh…

Bon, il est temps de relancer la machine. Les stats sont molles, ces temps-ci. Oh je sais ! Je n’ai pas été d’une régularité confondante. Et vous, lecteurs, public chéri mon amour, vous vous lassez. Et puis vous êtes bien du genre à être allés vous faire rôtir sur des plages ensoleillées, ou à avoir passé des concours, ou avoir été passer des vacances houleuses en camping avec la familia, que sais-je encore ?, et vous m’avez oubliée au fond d’un tiroir ou d’un agrégateur RSS saturé. Bref, les stats ont un coup de mou dans le genou, et il est temps de redynamiser tout ça, de secouer tout le monde, un peu à mon image, moi qui commence les séances de spinning en club de gym à partir de mercredi pour me raffermir le gras de la fesse.

Bref.

Comme on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre et que vous êtes plutôt du genre macarons et champagne, je vais vous parler de nourriture, puisque c’est ce qui vous attire en masse ici.

Au risque de vous décevoir, toutefois, je ne vais pas aborder les grands classiques, vos favoris, pas de haggis, d’agneau rôti, de scones ou de Mars frits. Non, je vais vous parler du monde merveilleux des végétariens grands-bretons (oui je sais, tout ce temps pour entrer dans le vif du sujet, pfiou, si vous êtes encore là, chapeau).

Voyez-vous, l’Homme, en plus d’être écossais, est végétarien, et ce depuis bientôt vingt ans. Autant vous dire qu’après tout ce temps sans barbaque, j’ai peu de chance de le ramener dans le droit chemin du steak tartare, de la fricassée de gambas et du menu maxi best of avec triple bacon. Quand nous avons commencé à nous fréquenter (oui, moi, je fréquente), j’ai ressenti un peu d’inquiétude : que mangeait-il ? ses carences le condamnaient-elles à mener une vie de larve apathique ? allais-je devoir ingurgiter du quinoa sauté aux carottes et panais et arrosé (les jours de fête) de jus de soja bio ? ou pire, allions-nous souper de chips aux cacahuètes avec pizza triple cheese arrosée de coca ?

Que nenni, en fait. L’Homme mange beaucoup, et plutôt bien, et même pas des trucs bizarres. J’ai certes découvert des choses étranges – le risotto aux haricots (riz +haricots, j’aurais jamais dit, mais c’est délicieux) par exemple, la pizza home made avec maïs et roquette, ou encore le chili con carne sin carne, mon désormais plat préféré toutes catégorie, carnivore comprise-, mais globalement, on s’habitue étrangement bien à se passer de viande, et on ne s’en porte pas plus mal. Je récupère mes protéines à grand coup de laitages, et je vais bien. Et lui aussi, apparemment.

Il faut ajouter que les grands-bretons ont la chance de vivre dans un pays dans lequel le végétarianisme n’a rien d’étrange, de marginal ou d’original – pensez-donc, près de 20% de la population pratiqueraient un végétarianisme plus ou moins strict, contre 4% en France. Il est donc facile de manger « bien » sans avoir l’impression de manquer de quelque chose, de bricoler un repas de bric et de broc (« tiens, voilà des tomates au pain avec un peu de pistou, c’est bon, y a pas de viande »). Les supermarchés se sont admirablement adaptés, étiquetant clairement tous les produits « suitable for vegetarian », et proposant dans leurs rayons plein de produits pas toujours faciles à trouver en France (des « steaks » végétariens, en vérité des mélanges de légumes, haricots et soja, délicieux en burger par exemple, des raviolis 100% fromage, des espèces de haricots dont je ne soupçonnais pas l’existence, etc.). Quant aux restaurants, on débarque là dans un autre monde : à la carte de n’importe quel restau, pub, bar, café, on trouve toujours au moins deux ou trois « vrais » plats végé (c’est-à-dire pas une pauvre salade de crudité ou des pâtes au beurre), y compris chez McDo qui propose plusieurs burgers végétariens. Quand l’Homme débarque en France, c’est une galère systématique, à moins de rabattre sur l’Italien ou l’Indien du coin (autant vous dire qu’après une semaine, j’en ai soupé des pizza et autres tagliatelles, sérieux)…

Quel bilan, quelle morale ? Bon, pas grand chose, c’est vrai. Je ne milite pas pour le tout végétarien, et je n’ai pas (encore) retourné ma veste. D’abord, j’aime bien la viande, et je n’ai pas de mauvaise conscience à manger de la chair animale. Les préoccupations environnementales sont plus importantes, mais je n’ai jamais été une grande consommatrice. De fait, je ne mange de viande qu’en dehors de chez moi, au restau parfois, et surtout en famille. S’en priver entraînerait pas mal de galères relativement inutiles. En revanche, une fois passé le Channel, j’abandonne naturellement toute consommation carnée, sans même m’en rendre compte, et je n’ai aucune sensation de manque.

D’ailleurs, quand je repais des délicieux petits buns à la cannelle ou à la cardamome qui font ma félicité à chaque voyage à Edimbourg, la sensation de manque est plus faible que jamais !!!

Publicités

3 réponses à “Des pomme-euh, des poire-euh…

  1. camille 1 septembre 09 à 9:59

    Mais mais mais… si l’homme est végétarien, avec qui manges-tu du haggis ? Tu t’en prépares pour toi toute seule ?

  2. Siboneyy 1 septembre 09 à 10:11

    Hmmm, rarement à la maison en fait. D’abord, je ne le prépare pas, parce que c’est très long, et ça implique de manipuler plein d’abats peu ragoûtants (je les mange, mais ça s’arrête là !). Et puis ça cuit des heures.
    Je l’achète donc tout prêt, à réchauffer trois quarts d’heure.
    Sinon, au restaurant, c’est le meilleur compromis ! En plus, ça permet des comparaison rigolotes, et on te le sert avec la purée de pommes de terres, celle de carottes, et celle de navets, que j’aurais la flemme de me faire à la maison de toutes façons !

  3. BS 6 septembre 09 à 7:18

    Par ailleurs, il existe à Edimbourg un délicieux endroit où l’on vend du HAGGIS VEG’ trop bon sa mère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :