Mon premier voyage en Ecosse

Vous vous demandez peut-être comment j’en suis arrivée là ? Comment, alors que je pourrais rêver de passer ma vie au soleil, de chercher à bosser dans un coin sympa genre Nice, ou Montpellier, ou Bayonne, ou Osgorre, ou Palavas les flots, je ne pense qu’aux sommets pluvieux d’Ecosse ? Comment j’en suis venue à préférer la bière au bon gros rouge de chez nous ? Comment je peux concevoir de manger du poisson frit avec des frites ET un mars frit au dessert, le tout arrosé de chips, au lieu de potasser les recettes de la poule au pot et de la tête de veau sauce aux pieds de porc ?

D’abord, j’aime pas quand il fait chaud. J’aime le soleil, hein, entendons nous bien, c’est quand même plus sympa pour marcher en sandalette que lorsqu’il pleut des hallebardes. Mais la chaleur, non. Tu sues, tu pues, t’es rouge, t’es fatigué, alors que quand il fait frais (pas froid, hein, je ne suis pas Justinienne au point de tolérer des -25° avec le sourire), tu es rose, frais, dispo.
Ensuite, boire de la bière n’empêche pas de se faire une petite bouteille de temps en temps (mais pas en même temps, attention).
Ensuite, devant la carte du bouchon lyonnais où je me trouvais avant-hier, je me suis dit que « gras double frit », c’était pas mieux que « fish and chips » niveau équilibre alimentaire.

Cela dit, entendons nous bien. La France, c’est toujours chez moi, je l’aime toujours, j’y reviendrai dans une prochaine note.
Mais il est parfois bon d’élargir ses horizons. Moi, je ne sais pas trop pourquoi, mais les trucs genre « pays du nord, un peu froids, un peu isolés, avec d’immenses étendues de solitude éplorée », ça m’a toujours fait triper, plus que le soleil hurlant des pays du sud, moins « mystérieux » à mon sens.
C’est pour cela que je suis partie en stage en Ecosse il y a près de trois ans, pour la première fois. Je voulais voir des vaches laineuses, des HIghlands, des pubs sombres et joyeux, des landes désertiques mouillées de pluie et des châteaux hantés par des fantômes en kilt. La tête pleine de préjugés et de clichés, évidemment, mais bienveillante et enthousiaste.
Je n’ai pas été déçue, même si j’ai dû attendre quelques mois et un nouveau voyage pour effectivement voir l’Ecosse sous la pluie. Mais l’ambiance chaleureuse des pubs, la beauté des paysages, la vie agréable d’Edimbourg, la gentillesse naturelle et l’humour des écossais, les délices culinaires bien cachés mais réels, ça, je les ai vite découverts, et ils m’ont conquise.
Je tiens à préciser qu’avant de tomber amoureuse d’un écossais, je suis tombée amoureuse de l’Ecosse, et que ce n’est pas prêt de s’arrêter…

Publicités

6 réponses à “Mon premier voyage en Ecosse

  1. Chabichou l'Insomniaque 17 mai 09 à 12:56

    Osgorre ??? Tu veux sûrement parler de Hossegor, mais comme t’as pas l’accent… Tu écris sans doute Kibron pour Quiberon, non ?

  2. Mariette 17 mai 09 à 11:12

    Ben oui. Kibron. Osgorre. Oche.
    Normal non ?

  3. Mariette 18 mai 09 à 11:39

    Beaucouzé ?
    Ah non c’est déjà ridicule écrit comme ça 😀

  4. camille 19 mai 09 à 1:09

    Mais si, le soleil, ça peut être très mystérieux : rappelle-toi l’inoubliable début des Noces de Camus, sur les ruines de Tipasa : « Au printemps, Tipasa est habitée par les dieux, et les dieux parlent dans la lumière ».

    Je t’avoue que ces paysages du nord me font bien envie, mais pour les provençaux, il suffit qu’il y ait de l’herbe, des arbres et du plat pour que ça les impressionne.

  5. Chabichou l'Insomniaque 19 mai 09 à 5:14

    Et quelques touffes de lavande sans doute aussi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :