Il etait une fois…

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas vous parler montagnes, randos et paysages splendides quoiqu’humides. Non, aujourd’hui, je vous raconte mon expo.

C’était en effet l’un des objets de mon stage, monter une petite exposition dans le hall de la bibliothèque. C’était ma première et forcément, j’étais enthousiaste. Je le suis toujours, mais maintenant que je sais comment ca se passe, je également prudente.

Ayant toute liberté dans le choix de l’expo, je me suis naturellement tournée vers le XVIIe siècle, période que je connais bien puisque c’était le cadre de ma thèse. Mais « la littérature du XVIIe », c’est un bien vaste thème pour une expo dont (c’était la commande) l’ampleur était limitée à… une quinzaine de livres ! J’ai donc restreint, après recherches dans le catalogue, aux contes de Perrault. Pourquoi ? La forte présence de l’auteur, dans plusieurs langues, et dans des éditions de toutes les époques, était un bon argument. Par ailleurs, qui dit contes dit éditions illustrées, jolies, rigolotes, animées, bref, plus sympa qu’une expo des éditions de Kant ou de rapports du Ministère des transports.

Oh de jolis livres en couleur !

Oh de jolis livres en couleur !

Je suis partie avec la perspective de deux vitrines, soit environ 15 livres. Puis on m’en a retiré une. Soit 8 livres maxi. Allez réfléchir à un ensemble de livres cohérent et significatif, avec ca! Allez trouver un angle d’approche, une ligne directrice… Puis on m’a redonné la vitrine. Puis il s’est avéré qu’elle était cassée, et qu’on allait peut-être la réparer. Bref, pendant deux mois, il a fallu jongler avec les incertitudes, et monter une expo de huit a quinze livres ce qui, croyez le ou pas, n’est pas du tout la même chose. Rendons hommage à mon directeur, cela dit, qui s’est battu avec l’administration pour que cette foutue vitrine soit réparée (parce qu’au fond on s’en fout de l’expo de la stagiaire), ainsi qu’aux trois malheureux messieurs de la boite-qui-repare les vitrines, qui ont monte ce meuble lourd comme un baudet mort sur deux etages, pour cause d’ascenseur en panne depuis un mois et demi.

Bref, malgré les petites contrariétés, j’ai monté mon petit schmilblik, quinze éditions de Perrault publiées entre 1895 et 1995. La première vitrine est consacrée à l’âge d’or de l’illustration des livres pour enfants, en gros le premier quart du XXe siècle, la seconde aux soixante quinze années suivantes.

Mon prefere... un Barbe Bleue en anglais de 1895, illustre et orne a chaque page. Je l'aime tellement que j'ai eu le bonheur d'en trouver une sur la table de la maison le jour de mon anniversaire.

Mon prefere... un Barbe Bleue en anglais de 1895, illustre et orne a chaque page. Je l'aime tellement que j'ai eu le bonheur d'en trouver une sur la table de la maison le jour de mon anniversaire.

J’ai choisi des livres en anglais, bien sur, mais aussi en français, en allemand, en espagnol et en gallois. On trouve quelques éditions bilingues, un pop-up (fermé malheureusement, faute de place), deux ou trois éditions assez rares aveec des illustrations sublimes d’Edmund Dulac ou de Harry Clarke, des trucs super rigolos des années soixante dix… un régal à organiser ! Le truc chouette avec ce genre de boulot, c’est que tu pars de zéro et que tu apprends plein de choses à vitesse grand V pour rédiger des cartels et un texte explicatif pertinent ou, en tous cas, correct et pas trop à coté de la plaque… Bon, le truc, c’est que d’autres contretemps m’ont un peu mise en boule, comme l’inondation qui a rendu le service de reprographie partiellement inactif pendant un moment, et qui a mobilisé les conservateurs et restaurateurs, du coup trop occupés pour me préparer des jolis présentoirs en plexiglas (car on ne rigole pas, ici, tous les présentoirs sont uniques et fait main, non mais). Il a donc fallu deux mois et beaucoup de patience pour voir enfin mes livres mis en place dans les vitrines. Faire fonctionner plusieurs services simultanément, obtenir des autorisations, des avis, des corrections*, attendre que les choses se fassent en définitive, eh bien, ce n’est pas si simple. Mais le jour J, quand je suis allée chercher mes bouquins montés sur leurs élégants socles, et que je les ai effectivement placés dans leurs vitrines, juste en face de la salle de lecture (un endroit stratégique fort intéressant, tout le monde s’arrête. Je savais que l’effet « couverture en couleur » jouerait son rôle !), quel plaisir, quelle fierté, même pour si peu !

 

Et voila !

Et voila !

* Un grand merci à mon correcteur particulier qui a relu quatre ou cinq fois mes cartels et mon texte, montrant plus de pugnacité que moi à traquer la faute et à composer des phrases belles et harmonieuses.

Publicités

13 réponses à “Il etait une fois…

  1. Isaac N. 27 avril 09 à 10:13

    Je voudrais pas avoir l’air de critiquer, parce que c’est pas le cas, et parce que c’est uniquement la jalousie qui me fait parler, mais, en gros, en guise d’exposition dur la littérature au XVIIe siècle, t’as exposé des livres du XIXe siècle, quoi, en gros finalement. Moi je voudrais pas dire, mais c’est quand même pas la même chose, enfin il me semble.

    (ficelles de caleçons, ceci dit)

  2. Mariette 27 avril 09 à 10:20

    OUI.
    Parce que l’idée était de mettre en valeur les collections du département où je bosse, les acquisitions étrangères, qui achètent des trucs plutôt contemporains.
    Sinon, ça aurait valorisé les livres rares, et non, c’était pas mon but.

    remarque pertinente, néanmoins 😀
    Je me suis tâtée en fait, j’aurais bien intégré une ou deux éditions originales, mais d’abord je ne suis pas sûre qu’ils auraient accepté, parce que l’endroit est trop lumineux, pas assez protégé etc., et puis entre nous, niveau démarches et formalités, là, ça devenait ubuesque…

  3. phnk 28 avril 09 à 12:12

    On a dû se croiser sans le savoir quelque fois à la NLS 😉

  4. Chabichou l'Insomniaque 28 avril 09 à 2:06

    Ah parce que Perrault c’est pas de la littérature du XVIIè ??? Soutien sans condition à la Pussychou qui a l’air d’avoir réalisé une bine belle expo !!! Suis jaloux comme un pou, moi en ce moment je lis des chartes des BU LSH pour les comparer entre elles. Comme elles disent toutes la même chose, va pondre 20 pages là-dessus…

  5. Nathalie 28 avril 09 à 7:58

    Et il y a même un petit chaperon rouge sans capuchon rouge. Félicitations, j’ai toujours eu l’impression qu’une exposition de livres était quelque chose de particulièrement difficile à faire et à réussir, peut-être parce qu’il faut « figer » un objet au fond très mobile pour néanmoins en montrer un aspect représentatif, en passant par l’étape si douloureuse, j’imagine, du choix. Elle a l’air fort joli.

  6. Siboneyy 28 avril 09 à 9:46

    Phnk > Hmmm, tout depend des dates… tu es toujours a Edimbourg ?

    Xa > Ooooh merciiiii ! Bien belle, je sais pas. Faut pas exagerer non plus, hein, c’est jamais que 15 livres dans une vitrine. D’ailleurs on l’appelle pas Exhibition, mais Display, histoire de remettre les choses en perspective !
    Courage avec les chartes, que c’est passionnant tout ca…

    Nathalie > oui, le petit chaperon rouge est sujet a des illustrations souvent delirantes… vraiment, je me suis regalee avec ce sujet ! Et le choix a ete abominable. Je suis partie avec plus de trente livres « exposables », j’aurais pu en trouver au moins trente de plus qui meritaient tout autant d’etre montres… ils ont largement de quoi faire une veritable exposition sur le theme des contes. Merci en tous cas pour tous vos gentils commentaires !

  7. camille 28 avril 09 à 8:03

    C’est très très choupi. Bravo ! J’espère que tu auras des tas de succès.

  8. pseudojune 28 avril 09 à 11:22

    Bravo ! c’est très beau.

  9. pseudojune 28 avril 09 à 11:24

    .. é moa ausi je veu un corecteur particullié, vu toute les phautes queue je fait dan mé propre truque

    hihi

  10. Chabichou l'Insomniaque 29 avril 09 à 1:49

    Dis, tu voudrais pas revenir à l’ancienne mise en page, hachement plus jolie et tout et tout ?

  11. Antoine 29 avril 09 à 9:30

    Hier, je suis passé par hasard devant la NLS et j’ai voulu m’arrêter pour jeter un œil (que dis-je, admirer !) cette exposition… avant de me rendre compte que j’étais au bâtiment des cartes géographiques !

  12. Mariette 29 avril 09 à 9:24

    Ju > merciiii ! Bah en français, je fais pas de progrès; j’ai même tendance à régresser. Par contre, mon style en anglais devient quasiment shakespearien 😀

    Xa > Rhhaaaa jamais content ! Pour tout te dire je ne suis pas satisfaite de ce modèle là mais celui que je voulais appliquer bugue pour une raison que je ne m’explique pas. Si t’es pas content c’est la même chose. D’ailleurs où es TON blog ?

    Antoine > Ahahah ! Oui, c’est traître, cette division. Si tu passes dans l’autre bâtiment, n’hésite pas (ah et embarque une des feuilles destinées au public posées sur les vitrines, elles partent, mais pas vite, ça me fera plaisir de voir que le stock diminue).

  13. Chabichou l'Insomniaque 30 avril 09 à 4:54

    Mon blog est mort, j’avais plus rien à raconter… On en reparle quand je serai en stage au MoMA !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :