Day 2, part 2 : Staffa-Iona-Dervaig

De retour de Staffa, il faisait fort faim. Il était quand même bien 13h, le petit-déj, quoique copieux, était loin, et puis l’iode, les embruns, les vagues, le grand air, ça creuse. Ajoutez à cela que, légèrement incommodée (en cas de forte houle, magré les vagues, ne JAMAIS rester à l’abri. Se mettre au grand air, respirer, regarder l’horizon, sous peine de se sentir un peu nauséeuse. Surtout si deux de vos compagnons de voyage vomissent leurs tripes et virent au vert pas frais, ça aide pas...), j’avais fort hâte de me remplir l’estomac. Dont acte. Nous avons déposé la majorité des autres touristes (français en grande partie, le monde est décidément un mouchoir de poche) à Fionnphort et notre guide nous a gentiment emmené jusqu’à Iona, où il vit. Si vous vous souvenez de la carte présentée il y a une note ou deux, Iona, c’est la crotouille d’île qui se trouve à 1,5km de Mull. Elle fait 5 kilomètres de long sur deux de large, en gros, et 130 courageux y vivent à l’année. Y a une école, une librairie, trois ou quatre restaus, une église, quelques ruines, un mini port, une salle communale (je n’ose pas vraiment parler d’hôtel de ville) et un nombre incalculable de moutons (plus quelques vaches). Ca culmine à 100m et on n’y trouve pas beaucoup d’arbres, en raison du vent pas spécialement sympathique qui balaye l’île en permanence. De Fionnphort, on voit ça :

p1010171

Mais qu’est-ce donc ? Vous entends-je vous exclamer devant votre écran, car vous êtes du genre expressif. Là, autant vous dire que les chartistes/historiens/médiévistes vont particulièrement frétiller, car ce sont les cours d’hypochartes qui vont leur revenir en pleine poire. Les non initiés devraient apprécier tout autant cela dit, ne soyons pas pédants.

Figurez-vous qu’en 563 de notre ère, un gentil moine irlandais du nom de Colomba (bon en vrai dans son peuple on l’appelait Colm Cille, mais c’était pas très vendeur à l’export, et aujourd’hui, on le connaît sous ce nom, Colomba, voire Colomban chez les français) se fit ejecter de son pays, pour des raisons pas très claires qui si elles m’ont été expliquées jadis me sont complètement sorties de la tête. Avec douze compagnons (tiens donc, douze ?), le voilà qui navigue et accoste à Iona (on n’est pas si loin de l’Irlande, hein c’est plausible) où il fonde un choupi monastère qui bien sûr n’existe plus aujourd’hui, pensez, quinze siècles ! L’île devint un point de départ idéal pour la christianisation de l’Ecosse et de ses barbares velus et païens. L’endroit devint un haut lieu d’étude et de mission chrétienne, et un lieu de pélerinage. On y a aussi enterré pas mal de rois d’Ecosse (dont le fameux McBeth, sisi, celui de Shakespeare), d’Irlande et de Norvège. Le problème, c’est que ces vilains vikings ont commencé à faire des raids un peu partout en Europe vers le 8e siècle, y compris dans l’île d’Iona, et les moines, pas trop contents, ont embarqué leur trésor et les reliques de Colomba avec eux. Le monastère est resté inoccupé pendant plusieurs siècles, jusqu’à ce qu’un couvent de bénédictines soit fondé en 1208.

Il n'en reste pas grand chose, mais c'est pas grave. Ce qui est génial, c'est le mur. Regardez moi ce mur en pierre sèches. Je suis fan de ces murs.

Il n'en reste pas grand chose, mais c'est pas grave. Ce qui est génial, c'est le mur. Regardez moi ce mur en pierre sèches. Je suis fan de ces murs.

On trouve aussi une fort plaisante abbaye dans l’île, construite elle-aussi au 13e, et très rénovée. Je ne vais pas vous faire l’histoire de ses reconstructions successives puis de la vage de restauration lancée début 20e, quand l’abbaye n’était plus qu’une ruine, mais voilà, aujourd’hui, ça donne ça.

En prime, l'Homme pose, les yeux rivés sur la mer et les cheveux au vent.

En prime, l'Homme pose, les yeux rivés sur la mer et les cheveux au vent.

C’est un petit bâtiment, avec un cloître dont beaucoup se demanderaient ce qu’il doit au Moyen-Âge, mais bon, l’essentiel est que c’est joli, relativement fidèle à la structure et aux techniques d’origine, et puis la vie religieuse particulièrement active de l’île (ça pélerine encore pas mal) a trouvé là un lieu d’accueil assez intéressant.

p10102401

Bon, cet article était parti pour parler de nourriture mais finalement non. Ce n’était pas un repas notable de toutes façons. Pas autant que la tranquillité sereine de l’île, qui m’a frappée (Admettons que les conditions climatiques aidaient. Sous la pluie, c’est dans doute beaucoup moins agréable, encore que probablement toujours fascinant). Après notre petit tour à l’abbaye, nous avons fait une petite escapade jusqu’au sommet de l’île, pour la voir s’étendre sous nos yeux. C’était beau.

p1010250

J’ai presque trouvé triste le moment de partir, de reprendre le ferry pour Mull et de laisser derrière nous ce petit morceau de calme. Mais bon, il fallait bien, hein. Nous étions loin de notre prochaine étape, Dervaig, située presqu’au nord de l’île, et il se faisait tard. C’est donc avec entrain que nous avons récupéré la Ocus pour rejoindre ledit village, quelques 75 kilomètres et deux heures plus loin…

En chemin, nous avons croisé Ben More, notre montagne-à-gravir-du-lendemain.

p1010253

Ben là, vous voyez, je faisais plus trop la fière…

Publicités

4 réponses à “Day 2, part 2 : Staffa-Iona-Dervaig

  1. Isaac N. 19 avril 09 à 2:37

    Ouuuuuuÿÿÿÿëeeee! Colomban (je frétille vachement).

    Mais dis-moi, franchement, les murs de l’abbaye du XIIe siècle, là, on dirait un peu un truc de coloriage pour enfant (tu sais, colorie les triangles en noir, les carrés en vert, les ronds en rouge et les traits en jaune)…

  2. Mandragore 20 avril 09 à 1:34

    Colomban, colomban, colomban !!! Argh [elle défaille]

  3. Siboneyy 20 avril 09 à 2:34

    Isaac, Mandragore > Eheh, on vous a reconnues les medievistes !

  4. Siboneyy 21 avril 09 à 10:44

    Isaac, PS > T’es nulle, c’est trop beau !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :