De la bibliotheconomie, encore

J’aime bien aller m’occuper des bouquins arrivés par dépôt légal* le jeudi matin avec Dora.

C’est un boulot pas compliqué – c’est peu de le dire : nous vérifions les livres de la semaine (deux ou trois chariots), séparons ceux qui viennent de Grande-Bretagne et ceux qui viennent d’ailleurs (car pour des raisons compliquées, beaucoup d’éditeurs, américains notamment, déposent ici) et vérifions s’ils ont déjà déposé auparavant. Si oui, RAS ; si non, ils deviennent claimable et tout livre publié chez eux qui intéressera la bibliothèque et ne sera pas déposé automatiquement fera l’objet d’une réclamation.

C’est donc un boulot a priori peu exaltant et très rapide (à nous deux, une demi-heure par semaine) mais le fait de pouvoir toucher des livres est un fait assez rare dans le métier de conservateur pour mériter d’être apprécié. Surtout, l’on voit de tout, du manuel de physique quantique au gros livres d’images bariolées pour bébé, en passant par les romans à l’eau de rose, les trucs louches genre « éveil personnel et développement de votre fleur intérieure » (vous n’imaginez pas la proportion de bouquins de ce genre, c’est dingue), les sérieux ouvrages d’histoire, les romans autoédités et surtout, mes préférés : 36 volumes de Warhammer, joints à une série spéciale « Seigneur des anneaux – peindre ses figurines soi-même », le tout en… anglais, espagnol, allemand, russe, français et italien !

gw9101-01

Les bibliotheques sont merveilleuses.

 

* Pour les non-initiés, le dépôt légal est la disposition qui oblige les éditeurs du pays concerne à donner un ou plusieurs exemplaires de tout livre qu’ils publient à l’une des bibliothèques dépositaires – la bibliothèque nationale principalement mais pas exclusivement. En Grande Bretagne, lesdites bibliothèques en question se trouvent à Londres, Oxford, Cambridge, Cardiff, Dublin et Edimbourg, ville qui va d’ailleurs prochainement héberger l’agence pour le dépôt légal après des années à Londres.

 

Publicités

4 réponses à “De la bibliotheconomie, encore

  1. BS 24 mars 09 à 6:08

    J’adore quand tu parles de bibliothéconomie. On t’imagine tellement bien derrière ton bureau, avec tes lunettes, jambes croisées, en train de nous expliquer « Une bibliothèque, commet ça marche ? »

  2. Siboneyy 24 mars 09 à 6:26

    Parfaitement.
    Et apres je profere des « chuuuut! » reprobateurs, et je demande aux gens d’eteindre les portables.

  3. Pierre AGERON 25 mars 09 à 9:24

    C’est ce qui s’appelle « renouer avec le terrain », non? Des montagnes de bouquins, la bonne odeur d’encre fraîche…..

  4. Siboneyy 25 mars 09 à 10:53

    Hmmm, je trouve que ca sent le livre neuf, oui. L’encre pas trop, mais cette odeur de papier glace, pas encore utilise…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :