Ding-dong

Ahah, ce titre est hilarant et je me tiens les côtes pour ne pas tomber de rire de mon siège.

Bref. Hier soir, l’Homme m’a prise par la main et m’a emmenée voir un concert à Glasgow avec une poignée de robustes amis à lui (je dis robustes parce que c’est vrai, des fois, j’ai l’impression que tous les hommes ont une carrure de Quaterbacks dans ce pays… bon l’Homme, pas trop mais heureusement, quelque part, j’aurais l’air ridicule à côté).

Nous voilà donc partis à Glasgow pour aller dans un pub appelé The Captain’s Rest, au sous-sol duquel se produisent les trois membres du groupe The School of Seven Bells.

Voila, ce sont ces gens.

Voila, ce sont ces gens.

Que ceux qui ne connaissent pas se rassurent : ils ont pas trés connus. J’y allais uniquement parce que j’ai vu de la lumière et que je suis entrée. Et aussi qu’on m’a dit « eh, au fait, on va voir un concert ce soir ». Okay.

Avant de voir se produire les jumelles (si si, regardez bien) et leur camarade, nous avons eu droit à deux groupes pas bien fameux, très ambiance « première partie assurée par la bande locale de la rue d’à-cote » (ne pas dire de mal de ces gens là, c’est comme ça qu’on perce je suppose, mais enfin eux, ils perçaient pas des masses selon moi). Le premier groupe au nom imprononçable pâtissait d’une chanteuse totalement insupportable, genre « rock-glamour-vulgos-defonce-aguicheur » (une des raisons pour lesquelles j’accroche peu sur les chanteuses, c’est qu’elles se sentent obligées, pour beaucoup d’entre elles, de nous rappeler que ce sont des femmes) et d’un guitariste moins que bon. Le deuxième groupe se prenait pour Sigur Ros, sans succès. C’était lourd, pesant, pâteux. On s’en fout, on est dans un pub, l’ambiance est relax, les gens boivent de la bière, youpie.

Arrivent les SVIIB en question, dont je ne connaissais rien. La recette est simple, efficace, pas mal montée : une boite à rythme intelligente et bien foutue, un guitariste pas mal qui fait du bruit, des trucs un peu virevoltants-mystérieux-magiques. Dieu sait que j’aime ce genre de trucs habituellement, ainsi que les chanteurs miaulants. Il faut admettre que ces demoiselles ont des voix magnifiques, bien synchronisées, et l’effet est parfois envoûtant. Quelques bons morceaux, donc.

Et pourtant bof. Etait-ce que ce genre de musique n’arrive pas a prendre de l’ampleur dans une salle prévue pour 100 personnes à tout casser? Etait-ce la fatigue?
La sauce etait bonne, mais pas vraiment à mon gout. Dommage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :