Sur la route encore

Mon amie Alice, exilée trois mois en Australie (beaucoup plus pittoresque que l’Ecosse, c’est vrai), a pondu une jolie note sur les transports en commun dans la ville de Brisbane, ou elle s’échine à tuer les cafards et a photographier kangourous et koalas (plein de points au Scrabble).

Utilisant moi-même presque exclusivement les transports en commun pour me déplacer (sauf quand Chris, le locataire de l’Homme, nous fait gagner un quart d’heure le matin en nous rapprochant du centre ville, ou lorsque nous louons une voiture pour une occasion spéciale – au hasard : mon arrivée ; la venue de Laure), j’ai pensé qu’il était de la plus haute importance de vous expliquer comment ca marche ici, surtout si venez me voir – mais je ne me fais guère d’illusions, bande de lâcheurs.

 

Breeeeef.

 

Tous les matins – et le soir aussi parce que si je pars, faut bien que je revienne – je passe environ 45 minutes dans un bus comme ca :

 

 

Voila, le fameux bus britannique à étage. Plusieurs compagnies se partagent le marché des transports en commun d’Edimbourg. Je pourrais voyager avec la First, mais les lignes qui m’intéressent pour voyager de et vers Penicuik sont maintenues par la Lothian Buses. Donc je Lothiane.

Pour assez cher, a vrai dire – £1,20 le trajet, ca revient, vu le taux de change actuel, a du 1,25-1,30 euros, ce qui n’est pas rien. Aucune notion de zones ici (ca change de Paris et des je ne sais combien de zones tarifaires) : ici, que tu fasses trois arrêts ou 10km, c’est le même prix. Histoire de rentabiliser un peu mes affaires, vu que je fais en moyenne 10-12 trajets par semaine, j’ai pris une carte. Ajoutons que cela évite de chercher de la petite monnaie a l’arrache le matin quand tu as encore la tête dans le pâté (ce qui arrive souvent a 7h30). Ici, on fait l’appoint, les conducteurs ne rendent pas la monnaie et ne prennent pas la carte. Il faut obligatoirement payer en montant, ou montrer sa carte. Du coup, pas de contrôleurs dans les bus écossais !

 

En centre-ville les bus circulent assez régulièrement et sont aussi ponctuels que le permet le trafic. Pour venir de Penicuik, c’est un peu moins rigolo, sans être le drame complet. Deux lignes passent devant la maison et me déposent juste derrière la bibliothèque, ce qui n’est pas si mal. Les bus passent en moyenne deux fois par heure, beaucoup plus aux heures d’embauche et de débauche heureusement. J’aime bien attendre a l’arrêt le soir parce que cela me laisse le loisir d’admirer la discipline, ou plutôt la politesse toute britannique qui prévaut. On fait la queue a l’arrêt de bus, on y monte dans l’ordre d’arrivée, et si on s’est mis en tête de file parce que c’était plus pratique, on attend que les gens arrives auparavant soient tous montes. C’est comme ca. Autant vous dire que le coup de « oh le métro parisien arrive vite bourrons et cognons dans le tas sans laisser les passagers descendre on ne sait jamais », ca leur dit trop rien.

 

Etre à l’étage du bus, c’est chouette. D’abord, on voit mieux. Pas les voitures, non, le paysage, les gens, les maisons, les branches qui viennent cogner sur les vitres pour te réveiller. C’est parfois assez flippant, surtout lorsque l’on s’assoit a l’avant : les perspectives sont toutes differentes, et je crains a chaque trajet de voir le bus emboutir la voiture qui était la l’instant d’avant et qui a disparu de mon champ de vision (alors que non, jamais, pfffff).

Etre a l’étage n’est pas le meilleur moyen de n’être pas malade en bus (ca brasse, quand même).

Etre a l’etage du bus, c’est risque la mort par fracture du cou a chaque fois que l’on monte et que l’on descend (essayez de monter un escalier riquiqui qui se met a bouger sans prévenir, vous !).

 

Publicités

2 réponses à “Sur la route encore

  1. Pierre 25 février 09 à 2:33

    Hey, les bus de reading, c’est tout pareil ! huhu. Du coup pour aller a l’ecole le matin je prends deux bus car oui, c’est chiant de pas avoir de bus direct. Mais du coup avec mes collegues on discute pas mal pendant le trajet et c’est cool. Sauf qund tu te retrouves dans le meme bus que les eleves qui rentrent de leur dure journee de cours… Mais c’est une autre histoire ca !

  2. Siboneyy 25 février 09 à 2:56

    Ouh, ca doit etre sympa ca…!
    Ca se passe bien sinon ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :