Walking the West Highland Way (day 3)

Help the aged, Pulp

Au matin du troisième jour, Mariette se leva, chassa quelques moustiques de sa peau délicate, posa le pied à terre, et dit : « Bon, c’est pas tout ça, mais j’ai mal« .
Au matin du troisième jour, en effet, mon tendon d’Achille gauche a commencé à se manifester de façon quelque peu vigoureuse. Bien décidée à ne pas me laisser dicter sa loi par un vulgaire tendon, j’ai entrepris de suivre mes camarades sur les joyeux sentiers longeant le fort beau Loch Lomond (jugez plutôt)…

… jusqu’à crier grâce. Le tendon, faich’ ! Imaginez le sentiment de colère, d’humiliation et de rage que l’on peut éprouver lorsque l’on constate que deux jours de rando pas méchante ont suffi à faire de votre tendon d’Achille gauche un territoire de souffrance ; lorsque l’on se rend compte qu’il est impossible de poursuivre comme ça, pendant encore plusieurs jours ; lorsque l’on se dit qu’on a planifié pendant six mois des vacances qui avortent en un rien de temps.

Ca énerve.

Et puis, on voit que l’on a des amis épatants, qui prétendent être aussi un peu fatigués, qui pensent qu’on ne pourra pas rattraper le retard encaissé la veille, et qui suggèrent pour finir qu’il est bien plus intelligent de s’arrêter maintenant, de manger un Ultimate Burger© au Rowardennan Hotel avant de prendre le ferry pour traverser le loch (car oui, j’ai oublié de préciser… sur la rive Est du loch, que traverse le WHW, point de route. Enfin, peu de route ; un vague chemin jusqu’à Rowardennan puis basta, rien pendant une bonne vingtaine de kilomètres. Autant te dire que c’est beau, sauvage, tranquille, mais que tu as intérêt à partir avec deux tendons en état de marche, ou tu risques de passer un moment plutôt pénible) et choper un bus qui te mènera à ton étape prochaine, avant de repartir de bon pied (ahah) le lendemain.

Le pied de Mariette, bien qu'en compote, n'en est pas moins marin.

Le pied de Mariette, bien qu'en compote, n'en est pas moins marin. Notez les saines lectures de vacances, innocemment planquées dans le sac de ma comparse.

Quoiqu’il en soit, cette partie du trajet reste un joli moment – l’endroit est très beau, décidément, et le Loch Lomond a un côté très impressionnant, peut-être plus que le Loch Ness. C’est aussi l’un des passages les plus verdoyants de la randonnée, la suite s’étant révélée beaucoup plus aride (enfin, si l’on veut, c’est l’Écosse quand même… disons, moins arborée !).

Publicités

3 réponses à “Walking the West Highland Way (day 3)

  1. Xav' 11 novembre 08 à 4:52

    Attends,là, tu veux dire que y a des archives de septembre, tu veux dire qu’en fait tu as ouvert ce blog y a trois mois, et que du coup ben vu que t’avais pas de lecteurs tu t’es dit « et si j’en parlais à mes amis » ???

  2. Siboneyy 11 novembre 08 à 10:51

    Non, je me suis dit « je n’en parle à personne tant que j’ai pas écrit assez d’articles ».
    Banane.

  3. xav' 12 novembre 08 à 12:20

    Et tu crois que je vais me taper à relire depuis le début ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :